Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

1 Saint-Pétersbourg

Ors et caprices

Les habitants de Saint-Pétersbourg disent que le temps peut changer sept fois par jour. Capricieux comme ses princes. De fait, son fondateur Pierre le Grand la bâtit de toutes pièces sur un marais, à des latitudes sibériennes. Plus tard, Catherine II, dite elle aussi la Grande, offrit en cadeau de rupture à chacun de ses favoris un somptueux palais. Pour ces folies dans cette ville rivale de Moscou, chaque tsar ou tsarine fit appel aux meilleurs architectes italiens, français, suisses ou allemands. La cité s’est couverte de bâtiments arborant toutes les teintes du pastel et est devenue un concentré de l’Europe du XVIIIe siècle. Avec un zeste de Russie, comme les coupoles multicolores de l’église Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé. La flèche de l’amirauté et celle de la forteresse Pierre-et-Paul, rutilantes d’or, se reflètent dans les eaux de la puissante Neva et de quelque 80 rivières et canaux. Les couleurs d’environ 10 000 hôtels particuliers et palais de princes et grands ducs de cette Venise du nord tranchent avec l’atmosphère gris perle qu’avait notée Alexandre Dumas. Une seule trouée de soleil suffit alors à sublimer les ors, les verts, les jaunes, les vermillons des façades, que ce soit pendant les Nuits blanches de juin ou sous les toits enneigés de décembre. À Saint-Pétersbourg, « nous n’avons que deux hivers, le vert et le blanc », se plaisait à dire la Grande Catherine.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique