Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

1 L’histoire

Les châteaux de poussière

Sur des kilomètres s’étendent rocailles et poussières, dès la sortie d’Amman, la capitale. Mais, non loin des routes ou dissimulés derrières les rehauts minéraux, surgissent d’autres amas de pierre, taillés, domestiqués, jetés vers le ciel, scellés rationnellement les uns aux autres. Ce sont les châteaux du désert et la cité romaine de Jérash. Pour dire vrai, ils ne ressemblent pas à l’idée qu’on s’en fait, ces qasrs. Ils sont mêmes très loin des châteaux des Croisés qu’on rencontre plus bas dans la vallée, à Kerak ou Shawbak. Mais ils ont leur légende, leur finesse, leurs fresques, très suggestives et loin du cliché d’un rigorisme musulman. Dans le qasr d’Azraq, la troupe de Lawrence d’Arabie a préparé durant l’hiver 1917 la conquête de Damas. L’Unesco y a trouvé suffisamment d’intérêt pour les inclure dans le patrimoine mondial, ce dont n’a pas été honorée la cité gréco-romano-byzantine de Jérash. C’est pourtant l’un des joyaux urbains antiques du monde, presque autant visité que Pétra. Jérash pourrait même passer pour le mètre étalon de la cité antique. Le long de son cardo maximus, bordé de colonnes corinthiennes, on imagine l’intense vie marchande, dévote et politique d’une ville tout ce qu’il y a plus de moderne, avec eau courante, égouts, passages pour piétons, théâtres et fontaines. Attention ! Garez-vous, un char fonce à toute vitesse livrer sa viande au marché. Encore un esclave de patricien qui se croit tout permis…

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique