Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

1 Cochin

OEcuménisme tropical

Si l’on visite Cochin un dimanche, on commencera à coup sûr la journée par… une messe. Un office catholique tout ce qu’il y a de plus classique, dans une belle église immaculée, en l’occurrence Saint Francis Church, la première construite en Inde, au XVIe siècle, par les Portugais. Elle se trouve à deux pas du fort où mourut Vasco de Gama. Dans cette partie de la ville, baptisée justement Fort Cochin, tout rappelle la colonisation : les squares et ruelles ombragés, les grandes maisons de maîtres et cette ambiance indolente et désuette que dégagent les vieux quartiers européens quand ils ont été bâtis sous les tropiques. Ancien comptoir installé sur la côte de Malabar et réputé pour le commerce des épices, « Cotchine » est une cité composée de plusieurs îles et ilôts. On y circule principalement en bateaux et ferries et la pêche aux filets chinois y est une tradition aussi ancienne que photogénique. Ces grands carrelets soutenus par de longues perches de bois sont actionnés par un astucieux système de balancier : une corde lestée de pierres que des pêcheurs funambules tirent et relâchent sans répit. Mais le plus inattendu reste cet oecuménisme qui fait se poursuivre la visite par une pause à l’antique synagogue de Mattancherry. Shiva et Vishnou, êtes-vous là ? Oui, l’hindouisme prévaut malgré tout au Kerala. Mais Jésus et la Sainte Vierge sont aussi superstars, en statues et en affiches très kitch, à tous les coins de rues.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique