Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Visiteurs engrange, encore, de la croissance en circuits

| | | | | | par
La brochure couvre 4 continents : Amérique, Afrique, Asie-Pacifique, Océan indien et Moyen-Orient.
La brochure couvre 4 continents : Amérique, Afrique, Asie-Pacifique, Océan indien et Moyen-Orient.

Avec un chiffre d'affaires en progression de 10% sur l'exercice 2015-2016, Visiteurs a su trouver sa place sur le segment très concurrencé des circuits, sa spécialité  sur quatre continents.

La nouvelle collection 2017 a opté pour de très belles couvertures en noir et blanc (quatre au choix pour une même brochure qui programme quatre continents) mais Visiteurs voit l'avenir en couleurs. Spécialiste de l'Asie à sa création, et de quatre continents en long-courrier aujourd'hui, le spécialiste des circuits annonce en effet une croissance à deux chiffres pour l'exercice en cours.

Un relookage en profondeur

Visiteurs anticipe un chiffre d'affaires de 48,5 millions d'euros (+10%) avec 27 000 clients, et une rentabilité de 2%. "Depuis deux ans, tous les signaux sont au vert", commente Patrice Arezina, directeur commercial qui a rejoint le voyagiste en septembre 2014.

La volonté de développer les ventes individuelles en agences a guidé cette embauche - ainsi que celle d'Armelle Le Scaon, ex Vacances Transat, à la direction de la production - et la remise à plat de la programmation et de sa mise en marché. Pour mémoire, Partir, la maison mère de Visiteurs, est spécialiste des groupes.

La nouvelle brochure 2017 tout juste parue signe l'aboutissement de ce travail de relookage entamé l'hiver dernier. Désormais annuel, le catalogue unique insiste sur la profondeur de l'offre (d'où les quatre couvertures pour les quatre continents proposés) et soigne aussi la forme avec le choix d'un noir et blanc "chic et différentiant" et de grands visuels. "Visiteurs, qui travaille uniquement en BtoB, se veut le spécialiste des circuits, quelle que soit la destination et  pour tous les publics auxquels il sait s'adapter", explique Patrice Arezina.

Souplesse et réactivité

Petits prix pour les pure players, circuits accompagnés en version classique ou premium (16 participants au lieu de 28), circuits privés ou itinéraires à la carte, Visiteurs se targue de pouvoir répondre, avec beaucoup de souplesse, à toutes les demandes. "Nous sommes une entreprise de 50 salariés, à taille humaine. Notre réactivité et notre capacité d'adaptation sont nos plus grands atouts. C'est ce qui plaît aux agences".

Visiteurs a marqué des points avec ses réseaux partenaires (seuls Thomas Cook et Leclerc Voyages ne le référencent pas encore) et notamment Selectour Afat, devenu en deux ans, grâce à un taux de commission généreux, son premier distributeur.

Le TO a gagné aussi en visibilité et en reconnaissance avec l'organisation de nombreux évènements et challenges, mais aussi une formation innovante. Les "speed training" destinations sont devenus une référence et un gage supplémentaire de crédibilité et de savoir-faire. Tout cela participe à une dynamique gagnante qui explique la belle progression de 2016.

"Le marché du circuit est impitoyable avec une concurrence très forte", remarque Patrice Arezina. Mais Visiteurs ne craint pas l'avenir. Les 50 millions de chiffre d'affaires et les 30 000 clients sont à portée de main pour 2017, et les 55 millions d'euros sont visés pour 2020. 

Des nouveautés en moyen-courrier?

Le 8 septembre à Paris pour la première étape de son grand roadshow de rentrée (15 dates jusqu'au 29 novembre et 9 partenaires), Visiteurs faisait en tout cas le plein avec 130 agences venues prendre connaissance des nouveautés (notamment la Bolivie, les Seychelles, le Kenya, le Chili). Deux challenges de ventes "Very Good Trip" sont par ailleurs programmés sur l'Afrique du Sud et la Californie, avec deux éductours VIP à la clé en 2017.

A date, les ventes individuelles sont en progression de 35%. De quoi continuer, donc, à faire des projets. L'élargissement de l'offre circuits au moyen-courrier et à l'Europe pourrait-elle être un nouvel axe de développement? "On y pense", concède Patrice Arezina, "mais pas avant 2018".

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer