Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Vacances d’été des Français : hausse des départs, mais baisse de l’activité marchande

| | | | par
Protourisme note une reprise des départs en vacances des familles
(39%).
Protourisme note une reprise des départs en vacances des familles (39%).
© Thinkstock

63% des Français se disent prêts à partir en vacances en 2015, selon l’étude réalisée par Protourisme. Une bonne nouvelle qui ne doit pas éclipser l’érosion continue de la consommation des hébergements marchands. 

3 000 personnes ont été interrogées entre le 3 et le 11 février par le cabinet d’études Protourisme sur leurs intentions de départ en 2015 (vacances et courts séjours). Il ressort de cette étude que 41,8 millions de Français (adultes et enfants) prévoient un séjour, soit 2,8 millions de plus (+3%) qu'en 2014.

Sur l’été en particulier, ce sont 46% des Français qui se disent partants, contre 42% en 2014. Soit 30 millions qui prévoient de partir en juillet-août (+ 2 millions de Français). Cette très bonne nouvelle cache cependant une baisse du budget moyen consacré aux vacances. La diminution des dépenses s’explique par le retour aux congés des classes moyennes, des provinciaux et des périurbains qui bénéficient cette année d’un meilleur pouvoir d’achat.

Une fracture sociale davantage marquée

Toutefois, ce sont les CSP + qui tirent toujours la croissance du marché et, sans surprise, dépensent le plus. A noter que les Franciliens représentent 25% des partants en vacances, et un tiers de la consommation touristique. Les retraités et les moins de 24 ans s'évadent également cette année, alors que les familles restent minoritaires (39%), représentant tout de même 1,3 million de vacanciers supplémentaires cette année.

En termes de pouvoir d’achat, 31% des foyers disent consacrer moins de 1000 euros à leurs vacances, quand 38% disposent d’un budget supérieur à 2000 euros. Le budget été par foyer est estimé en recul de 3%, avec une enveloppe de 1273 euros en 2015, pour un séjour de 10 jours en moyenne.

Toujours plus de France, et de non-marchand

"Si cette baisse des budgets constitue une bonne nouvelle pour les territoires, elle l’est beaucoup moins pour les opérateurs", tempère Didier Arino, directeur de Protourisme. Autrement dit, les vacanciers effectueront des dépenses locales, tout en réduisant leur budget consacré à l'hébergement.

Les hébergements marchands ne représenteront que 30% des Français en partance, l’augmentation des départs profitant de facto à l’hébergement en famille, chez les amis, etc. Et Didier Arino de rappeler qu’en deux ans, selon le Secrétariat d'Etat au tourisme, la France a perdu 10 millions de nuitées marchandes. Sur l'année 2015, la part des partants en hébergements payants augmente de seulement d'un point à 43% (contre 42% en 2014), contre trois points pour l'ensemble des partants. Le pourcentage baisse à 29% sur l'été seul.

Sur le podium des destinations françaises, la région PACA fait toujours la course en tête, suivie du Languedoc-Roussillon et de la Bretagne qui passe devant l’Aquitaine cette année. A l’étranger, la Grèce, l'Italie et l'Espagne demeurent des valeurs sûres. A noter toutefois : 11 millions de personnes n'ont toujours pas choisi leur destination d'été d’après cette étude, ce qui laisse présager la part importante de ventes de dernière minute.

Une confusion entre les acteurs

Internet et les smarphones grimpent dans les usages de consommation, 36% des achats transitant via Internet.

Autre indicateur notable, "La part de marché des agences de voyages diminue année après année", rappelle Didier Arino, avant d'ajouter : "il y a un certain nombre de vacanciers qui ne savent même plus si ils sont passés par une agence de voyages ou pas, car ils confondent les comparateurs, les sites de réservations, etc.". 

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer