Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Trois start-up sur un podium

| | | | | par
Le concours s'est déroulé lors de la première édition de la conférence Next Tourisme.
Le concours s'est déroulé lors de la première édition de la conférence Next Tourisme.
© Fotolia

35 start-up ont participé au concours organisé lors de la récente conférence Next Tourisme, dont L'Écho touristique est partenaire. Le jury a accordé ses faveurs à Sépage et à Cosmopolit Home. Le public a pour sa part plébiscité Option Way. Découvrez les trois lauréates.

Sépage, l'art d'inspirer les cyber-voyageurs

- Le web sémantique : la société Sépage utilise le web sémantique, qui permet de comprendre et d'anticiper les demandes des internautes, notamment grâce aux données disponibles sur le web.

- Un modèle d'abonnement : baptisée GlobeAdvent, sa technologie de recommandation de destinations alternatives est vendue sous la forme d'un abonnement, de quelques milliers d'euros par mois en général.

Sépage développe des solutions de personnalisation pour les sites de tourisme. Concrètement ? À partir d'une ville consultée par un internaute, sont suggérées des destinations comparables piochées dans le catalogue d'un client. Depuis les villes de Londres et Madrid par exemple, Sépage peut inciter un site de TO à recommander en temps réel Milan, Glasgow et Berlin. L'idée, c'est de ne pas laisser filer un prospect à la concurrence. Les calculs de similarité sont effectués grâce à l'analyse de données publiques sur le web, selon plusieurs milliers de critères tels le climat et les activités. D'autres start-up, comme TripTuner, proposent déjà des outils d'inspiration. Créée en janvier 2013 au sein de l'incubateur parisien Agoranov, Sépage est née sous l'impulsion de Milan Stankovic, qui a soutenu une thèse sur le web social sémantique à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa réussite dépendra de la pertinence de son outil, qui s'avère assez cher. Entre 2013 et 2014, la jeune pousse a levé 250 000 E afin d'aiguiser sa solution de data marketing (personnalisation).

Cosmopolit Home : quand la nuitée devient monnaie d'échange

- Troc de nuitées entre particuliers : les voyageurs inscrits sur Cosmopolit Home sont crédités de nuitées quand ils hébergent, et ils en sont débités lorsqu'ils dorment chez un autre membre.

- Des sources de revenus : la start-up n'est pas totalement gratuite, puisqu'elle facture notamment 9,90 E de frais de mise en relation pour le voyageur et d'autres services additionnels (nuitées manquantes).

Cosmopolit Home est à mi-chemin entre le couchsurfing et l'échange de logements. Principe de base, la gratuité, sans réciprocité immédiate. Explication. La start-up a créé un site sur lequel les voyageurs sont crédités de nuitées quand ils hébergent, et en sont débités lorsqu'ils dorment chez un de ses membres. C'est le troc de nuitées entre particuliers, soit le nightswapping. Cosmopolit Home est gratuite, enfin presque. La start-up, qui emploie 12 personnes, a naturellement prévu quelques sources de revenus : 9,90 E de frais obligatoires de mise en relation pour le voyageur, des assurances et d'autres services additionnels. Son objectif est de monter en puissance avec davantage de maisons et d'appartements, ce qui passera par une levée de fonds en cours de négociation. « Nous espérons lever 1,4 M E pour le mois de juin », explique Serge Duriavig, président fondateur de la jeune pousse. Lancé en décembre 2012, Cosmopolit Home ne dévoile pas son bilan 2013, en nombre de nuitées échangées.

Option Way : et si voyageur fixait son prix ?

- Comme en Bourse : Option Way propose une nouvelle façon d'acheter ses billets d'avion sur Internet : les voyageurs émettent des ordres d'achat.

- L'option est validée plus tard : la jeune pousse profite de la variation des prix, qu'elle vérifie régulièrement, et achète le siège d'avion quand le prix demandé est atteint.

Installé dans un incubateur à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), Option Way est un site dédié à l'achat de billets d'avion. Avec une innovation de taille : le voyageur fixe le prix du vol qu'il souhaite acheter, en remplissant des critères (dates, horaires, compagnies...). Opinion Way traque les évolutions tarifaires. Dès que le prix fixé par le client est atteint, l'achat ferme peut être validé, la start-up empoche au passage une commission. En attendant, l'internaute peut modifier les options à tout moment. Homme de finances ayant travaillé chez Ernst et Young et GDF Suez, Mathieu Chauvin, fondateur d'Option Way, a transposé le fonctionnement de la bourse, puisque les clients émettent des ordres comme pour des actions. C'est le principe des ventes aux enchères inversées créé par le groupe américain Priceline.com (Name Your Own Price), que des entreprises françaises comme Jefixe.com, et ZePrice.com ont tenté d'importer en 2000, sans succès. Option Way a l'avantage d'arriver dans un marché davantage mature, avec une solution qui se veut plus souple pour le voyageur.

imprimer