Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Surf Air : le "vol à volonté" en jet pour 2500 euros par mois

| | | | | | par
Surf Air a été lancée en Californie en 2013.
Surf Air a été lancée en Californie en 2013.
© Paul Bowen Photography Inc.

La compagnie californienne Surf Air débarque en Europe dès cet automne, en proposant un nombre illimité de vols à partir d’un forfait mensuel de 2500 euros. En France, les départs se feront depuis Cannes.

Elle a souvent été décrite comme la Netflix ou le Spotify de l’aérien. La start-up californienne de jets privés Surf Air, qui propose depuis 2013 le concept "All you can fly" ou "vols à volonté", étend ses opérations en Europe à partir d’octobre 2016.

Au départ de 4 aéroports en Europe

Contre un forfait de 2500 euros par mois, ses adhérents pourront donc voler autant qu’ils le souhaitent. Cerise sur le gâteau : les vols s'effectueront à bord de jets de huit places. Une offre destinée à séduire non seulement les particuliers qui voyagent beaucoup, mais aussi les entreprises.

Au lancement cet automne, Surfair décollera au départ de 4 aéroports, à savoir Londres (Luton), Cannes, Genève et Zurich. Des terminaux volontairement secondaires afin d’éviter les longues files d’attente ou encore les parkings bondés. Des destinations supplémentaires s’ajouteront telles que Paris, Dublin, Amsterdam et Barcelone, prévus pour 2017. Viendront ensuite Berlin et Milan.

3000 membres aux Etats-Unis

Les réservations s’effectuent en ligne, sur le site de la compagnie (disponible en français), ou via l’application. Le service se veut haut de gamme avec voiturier, Wi-Fi gratuit, et "terminal classieux", selon ses propres termes.

Aux Etats-Unis, d’où elle opère 85 vols quotidiens, Surf Air a déjà rassemblé 3000 membres. "Nous considérons notre modèle comme l’avenir du transport aérien […] Notre service innovant offre un rapport qualité-prix sans précédent, et nous sommes impatients de pouvoir étendre notre marché et de faire en sorte que les voyages vers les destinations les plus prisées d’Europe deviennent une expérience vraiment unique", a déclaré Simon Talling-Smith, PDG de Surf Air en Europe.

Un modèle périlleux

D’autres acteurs se sont lancés sur le créneau du "vol à volonté", avec plus ou moins de succès. Moins d’un an après leur lancement, l’Américaine Beacon et la Belge Take Air ont fait faillite.

En Grande-Bretagne, la start-up Fly Club Air lancera en janvier 2017 son abonnement mensuel à 1769 euros pour des vols entre Londres, Edimbourg et Manchester avant d’étendre ses opérations en Europe le mois suivant. Sur le même modèle, la compagnie australienne Airly doit débuter ses opérations au troisième trimestre 2016.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer