Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Pour renseigner des clients, les Club Marmara rémunèrent... des voyageurs

| | | | | | | par
ibbü se présente comme la première communauté de passionnés à la demande et rémunérés.
ibbü se présente comme la première communauté de passionnés à la demande et rémunérés.

Original : TUI fait appel à des passionnés pour répondre à des questions de prospects et de clients sur des villages de vacances.

 

"60% des achats ont lieu le soir et le week-end", souligne en préambule Julien Hervouët, DG-fondateur d'iAdvize, spécialiste de la relation-client digitalisée. Comment leur répondre, alors même que le service-client d’une entreprise est fermé ?

"Ainsi est née Ibbü, une plate-forme de conseillers passionnés, que les Club Marmara ont accepté de tester. Nous sommes allés chercher en ligne, sur les réseaux sociaux et dans la base clients de Marmara, 5 personnes passionnées, qui avaient déjà séjourné dans des Club Marmara. Ils répondent quand ils le souhaitent, depuis leur mobile". Ces ambassadeurs de la marque échangent avec d'autres internautes via une fenêtre de chat.

Deux modèles de rémunération

S'ils acceptent de donner de leur temps et des conseils, c’est parce qu’ils sont rémunérés, selon deux modèles au choix : au contact (2 euros par chat) ou à la performance (avec une commission correspondant à un pourcentage du panier).

Pendant le premier mois de test, ces experts ont généré un revenu additionnel d'environ 500 000 euros, pour 200 à 300 euros d'honoraires par semaine, estime Julien Hervouët. Ils ont un statut d’autoentrepreneur, et ont déjà une activité principale, en général. "Nous contrôlons leur statut d’autoentrepreneur, et le fait qu’ils déclarent leurs revenus auprès de l’Urssaf.  L’objectif est d’être dans la stricte conformité avec la loi".

Un concept à reproduire

"Au regard de nos bons résultats sur les Club Marmara, nous envisageons d’étendre ce service à d’autres gammes de produits sur notre nouveau site TUI.fr, qui sera lancé le 27 septembre prochain", ajoute Pierre-Olivier Grolleau, retail director de TUI France.

Le test a dépassé les attentes, confirme le patron d’iAdvize, qui a une trentaine de projets dans les cartons au niveau d’Ibbü. "Nous avons envie de donner à n’importe quelle marque les moyens de déployer une force de vente authentique". L’entreprise travaille aujourd’hui avec un total de 2500 marques, le voyage représentant 10% à 15% de son activité globale.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer