Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

MSC vise 200 000 clients français

| | | | | | | par
Patrick Pourbaix a pris la direction générale de MSC Croisières en France en 2016.
Patrick Pourbaix a pris la direction générale de MSC Croisières en France en 2016.
© Florian De Paola

A l'occasion de l'IFTM Top Resa, le directeur général de la compagnie de croisières basée en Suisse s'est réjouit du développement de son groupe sur le marché français.

"En 2017, sauf cas exceptionnel, on devrait passer la barre des 200 000 clients Français", sourit Patrick Pourbaix, installé sur le stand de MSC Croisières (UKOO1) au sein du village dédié. MSC annonce aussi une hausse du revenu net par passager (+8%). "Le marché français, avec 600 000 croisiéristes en 2016, est loin d'être mature", rappelle Patrick Pourbaix.

Pourtant, en trustant environ 30% de parts de marché en France, MSC Croisières, créée il y a une quinzaine d'années, avance ses pions progressivement. "Il y a eu un effet Meraviglia, c'est indéniable", reconnaît Patrick Pourbaix. "Mais surtout, on a un plan de développement étalé sur 10 ans". Dès le mois de novembre, le MSC Seaside, à peine plus petit mais tout aussi truffé de technologies que le MSC Meraviglia, rejoindra la flotte de la compagnie. En une dizaine d'années, 10 bateaux seront livrés : c'est le carnet de commandes le plus ambitieux du marché.

Le Havre, un hub pour l'Europe du Nord

"Jusqu'en 2016, on tâchait de créer l'image de la marque, que la compagnie soit identifiée du marché. Depuis, on a atteint le stade de la maturité et on affine nos produits", poursuit Patrick Pourbaix. Et, à l'instar de la façon dont elle a investi le port de Marseille, MSC Croisières se cherche une amarre dans le nord de l'Europe. Et compte bien faire du Havre son nouveau hub français. Avec 22 départs prévus depuis le port normand en 2018, MSC tatonne l'attractivité du produit pour le marché français. "2018 sera une année de test. Si on veut grandir en Europe du Nord, on se devait de trouver l'équivalent de Marseille".

Pour MSC, l'innovation ne passe pas que par les destinations. "On veut devenir une compagnie dite "Mass Market Premium", ce qui n'existe pas encore en Europe", détaille Patrick Pourbaix, ravi, du coup, de constater l'augmentation du revenu par passager. Les futurs navires de la flotte compteront tous lehr espace Yacht Club par exemple, limité à 140 passagers, qui rencontre déjà un franc succès depuis son lancement en 2016.

2018 constitue donc une année charnière pour MSC Croisières qui devra batailler contre de sérieux concurrents dans un marché en plein expansion en Europe, malgré un ralentissement en France en 2016 (-6% de passagers).

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer