Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Mauritanie : le Quai d’Orsay allège les restrictions de voyage

| | | | | | | | | | par
Particulièrement prisée par les amateurs de trek, la destination est à l'arrêt depuis plusieurs années.
Particulièrement prisée par les amateurs de trek, la destination est à l'arrêt depuis plusieurs années.
DR

Jean-Marc Ayrault a annoncé que les touristes pourraient à nouveau se rendre dans certaines zones du pays. En raison de l’instabilité des pays d’Afrique de l’Ouest, la destination était quasiment à l’arrêt depuis plusieurs années.

Avec "précaution", certes, mais tout de même : les touristes peuvent reprendre le chemin de la Mauritanie. En déplacement hier à Nouakchott, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a annoncé que les voyageurs pouvaient de nouveau se rendre dans certaines zones du pays, devenues sûre grâce aux efforts réalisés par le pays au plan de la sécurité.

"Tout le littoral est classé jaune (vigilance renforcée, ndlr). D’autres zones qui étaient classées rouge sont placées en orange (déconseillées sauf impératif) et les voyageurs peuvent y aller avec précaution", a affirmé le chef de la diplomatie française. Certaines zones prisées des touristes dont Atar, Chinguitty et Wadane (centre-nord), viennent ainsi de passer en zone orange.

Un espoir de relance

"Les touristes peuvent aller dans ces zones avec des voyagistes, donc en groupe, de façon organisée", a précisé Jean-Marc Ayrault.

La nouvelle devrait réjouir les professionnels du tourisme, notamment les spécialistes du trek, contraints de délaisser la destination depuis de nombreuses années. L’instabilité de la région, et plusieurs événements visant des occidentaux avaient en effet incité le Quai d’Orsay à déconseiller formellement les voyages en Mauritanie.

En août 2009, un attentat suicide avait été perpétré contre l’ambassade de France, une nouvelle tentative d’attentat contre l’ambassade avait été déjouée en février 2011. Des enlèvements avaient aussi été à déplorer : ceux de trois espagnols travaillant pour le compte d’une ONG en novembre 2009, et de deux touristes italiens près de la frontière malienne un mois plus tard. Plus récemment, une française qui donnait des cours privés dans le nord de la capitale a été victime d’une agression. Ces attaques ont eu de lourdes conséquences pour l’économie du pays, en partie dépendante du tourisme.

Maurice Freund à la manœuvre

Cette annonce, qui apporte une lueur d’espoir pour la relance de la destination, est aussi le fruit d’un travail de longue haleine, dans lequel s’est notamment impliqué Maurice Freund, l’ex-dirigeant de Point-Afrique (aujourd’hui devenu Point-Voyages), qui dès 2010 dénonçait "la frilosité" du Quai d'Orsay sur la destination. Sur sa page Facebook, il remerciait dès le 22 mars dernier Marc Foucaud, ancien patron de Serval et de Barkhane, pour l’avoir "accompagné ces dernières semaines et notamment par la publication d’un rapport précis et favorable obligeant le ministère des Affaires étrangères françaises à reconsidérer sa position". 

Maurice Freund y remercie également le sénateur Jean-Marie Bockel "qui a accepté de coordonner les rencontres avec la cellule de crise… Ce n’était pas gagné au départ." "Cette première mesure nous permettra d’envisager sereinement le retour des vols sur Atar, écrit-il sur sa page Facebook. je partirai dans les prochains jours en Mauritanie pour finaliser avec les autorités la relance du tourisme. Ce soir - depuis longtemps - je suis envahi d’un bonheur simple, mais fruit d’une persévérance et d’un espoir (presque) retrouvé." "Une lueur d'espoir de retour un jour en Mauritanie, dans notre Sahara chéri qui m'a conduit à devenir voyagiste", a de son côté commenté le 22 mars Jean-François Rial, le PDG de Voyageurs du Monde, sur Twitter.

Reste à voir quand et dans quelle mesure les touristes seront prêts à se rendre à nouveau dans le pays. Pour les y encourager, la Mauritanie a annoncé en novembre dernier la baisse des taxes du visa touristique pour 2017 de 120 à 40 euros. Une démarche qui attestait déjà de ses espoirs de relance, notamment sur le marché français.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer