Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Magali Boisseau (BedyCasa) : "Comment j’ai développé ma start-up"

| | | | | | | | par
Magali Boisseau, fondatrice de Bedycasa.
Magali Boisseau, fondatrice de Bedycasa.

  Magali Boisseau a créé BedyCasa en 2007. Une entreprise aussi passionnée que stressante, avec la rentabilité en point de mire dans 18 mois.

BedyCasa a dans sa Timeline de belles dates-clé : un Travel d’Or en 2012, une levée de fond d’1M€ en décembre dernier. Sans oublier, plus récemment, un accord de co-branding avec Routard.com. Une triple performance pour cette PME de 13 employés.

Mais ces réalisations sont l’arbre qui cache la forêt. Magali Boisseau a aussi connu des moments de doute, en partie alimentés par le manque de fonds. Sans argent, peu de développement, et des idées qui restent sous la forme de rêves.

Magali (30 ans) est jeune quand elle lance son projet. En 2007, elle crée un blog qui devient en 2009 un site marchand de chambres chez l’habitant. Dès sa genèse, le petit cousin Frenchie de Airbnb a des ambitions européennes, d’où son nom à mi-chemin entre les mondes anglo-saxons et latins. Le site est déployé en français et en espagnol à ses débuts, puis en italien en 2011.

Quels financements ?

Problème : le financement, qui vient moins vite que les idées, et plus lentement en France que dans la Silicon Valley… "J’ai préparé un business plan de 2 millions d’euros en 2007. Aucun fonds n’a voulu me suivre. A l’époque, il n’existait pas de fonds Internet, comme c’est le cas aujourd’hui. En France, les gens sont prudents et frileux, moins aventuriers qu’aux Etats-Unis".

Magali, elle, a effectué des prêts personnels, pour un total d’environ 100 000 euros. "J’ai choisi de ne pas investir dans l’immobilier, mais d’investir dans ma propre entreprise. Je n’ai pas d’enfant", précise la jeune femme, sans regret ni remord. "Je suis entrepreneuse. Ma société me procure un enrichissement personnel très important". Pour autant, l’an dernier, l’idée de vendre n’était pas complètement exclue.

Appui des actionnaires historiques

Finalement, la jeune pousse a levé 1 million d’euros en décembre 2012 auprès de ses actionnaires historiques, qui lui avaient déjà accordé 500 000 euros en octobre 2011. L’entreprise a précédemment bénéficié de l’appui d’Oséo, pour son algorithme de recherche, ainsi que d’aides régionales. De quoi poursuivre avec ses grandes idées, et des moyens qui restent somme toute modestes par rapport à d’autres start-up.

Le site rassemble 15 500 chambres chez l’habitant, dans 160 pays. En 2012, BedyCasa a enregistré 35 000 nuitées, principalement en France, auprès d’une clientèle à 75% française. Son objectif est de percer dans les pays latins, et d’atteindre la rentabilité en septembre 2014. Afin de poursuivre son développement commercial, mais aussi de trouver de nouveaux financements, Magali vient de nommer Nicolas Machard (ex-Opodo) au poste de directeur associé.

3 réactions

Hélène AVINTOUR | 13/02/2013 - 18H33

Cela fait du bien de voir qu'en ne lachant rien et en croyant vraiment (malgré les périodes de doutes traversées), vous y êtes arrivée et continuez à vous développer.

Je viens tout juste de créer une agence réceptive et événementielle en oenotourisme sur le Gard et j'ai vraiment traversé le parcours du combattant. Plus de neuf mois après le projet se réalise enfin avec l'entrée en activité le 29/01/2013.

En France il faut vraiment se battre pour atteindre son objectif! Je suis seule sur le projet car les banquiers sont trop difficiles à convaincre et que la machine bancaire est treès très très lente.... Je ne voulais plus attendre!

Bon courage à tous !

Signaler un abus |  CITER

Sylvie Spa | 13/02/2013 - 09H14

Parcours de Magali très intéressant.. merci de vos conseils ! j'ai créé moi aussi un TO réceptif dans les séjours Spa en France, et mon site Destination Wellness.com

Nous vendons en B to C et je rends compte qu'il faut un budget webmarketing très très important.. le problème est qu'aujourdhui, le web est fait pour les gros budgets, et les petits restent en bas de l'échelle, par manque de moyens.

Je recherche un investisseur extérieur pour pouvoir avancer, si vous avez des suggestions, merci de me contacter. bon courage à tous les entrepreneurs !

Signaler un abus |  CITER

Yves Visages | 13/02/2013 - 08H51

je comprends très bien les difficultés de magali ! J'ai créé début 2012 une plateforme de mise en relations directe et anonyme entre un internaute et des agences réceptives pour du voyage sur mesure ou/et à thème , 75 destinations , à ce jour. Une telle platefome a nécessité 7 mois de développement et le lancement est intervenu début septembre 2012. On réalise que pour faire connaitre un site en B TO C il faut acheter des google adwords pour envrion 10 000 € mois minimum pour être vu...du coup notre start up va à son rythme avec des emailings et un budget réduit sur google adwords. Nous sommes passés par les mêmes phases que Magali, doit on céder, doit on trouver de l'argent extérieur. On améliore notre site tous les jours, structure très légère 1 webmaster seulement donc des charges réduites et sommes ouvert à toute idée à tout partenariat.

Signaler un abus |  CITER

Réagissez à cet article

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer