Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Le voyage EN SOLO, un créneau vraiment porteur ?

| | par
Les agences visent l'insolite pour les solos, célibataires ou non.
© FS-Stock
Les agences visent l'insolite pour les solos, célibataires ou non. © FS-Stock

Il y avait les routards - devenus backpackers avec la mondialisation - qui court-circuitaient les acteurs traditionnels du voyage organisé. Il faut désormais compter sur les solos qui représentent un marché à part entière.

« Ce n'est que le début ! », annonce Alix Gauthier, co-fondatrice de Copines de Voyage, une agence spécialisée dans les voyages à destination des femmes qui veulent voyager mais qui n'ont personne pour les accompagner. « Plus la communauté grandit, plus nos membres sont prescripteurs et plus les réservations affluent. On table sur 7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 », précise Alix Gauthier, contre 1 million en 2016, première année d'exploitation pleine pour l'agence. Avec sa communauté forte de 220 000 membres et en proposant des produits toujours plus insolites, comme un stage de survie en Amazonie avec un ancien militaire, Copines de Voyage vise même 20 millions d'euros de CA dès 2018.

Mi-agence, mi-réseau social

Si la production orientée fun de Copines de Voyage séduit - la start-up a lancé la marque mixte Petits trip entre amis, destinée aux trentenaires, pendant l'été - d'autres s'intéressent à des solos en particulier : les célibataires (qui, selon l'Insee, étaient 18 millions en France en 2016). « Cpournous a 15 ans d'existence », explique Gilles-Marie Stauff, co-fondateur de l'agence, qui propose des voyages pour ces derniers. « Au début, il a fallu déringardiser le concept. Des couples se forment pendant nos voyages, mais ce n'est pas la promesse de l'agence. On offre des produits packagés qui favorisent la convivialité. Notre communauté compte 180 000 membres, soit le nombre de clients partis avec nous depuis 15 ans. » Allier réseaux sociaux et produits touristiques, la formule gagnante ? Dès 2012, Sarah Lopez et Aude Parlebas, fondatrices des Covoyageurs.com, donnent une dimension communautaire à leur agence spécialisée dans les voyages d'aventure pour les solos. « On a développé un réseau social qui permet de voir qui est intéressé par un voyage ou qui a réservé », précise Sarah Lopez. Aujourd'hui, les Covoyageurs se retrouvent pour des randonnées en Albanie ou des circuits en Ouzbékistan. « On a lancé une formule monoparentale ou encore Papys et Kids pour les vacances avec les grands-parents. On essaie d'être précurseur. Il y a un potentiel de clientèle énorme et on va continuer de se développer sur ce business-model. On a fait partir 1 000 personnes en 2016. »

Rares sont les TO généralistes qui investissent le créneau. Les voyagistes TUI et Jet tours programment des séjours pour solos ou familles monoparentales, dans des clubs qui peuvent être dédiés. Les Villages Clubs du Soleil ajustent pour leur part leurs prix aux parents voyageant seuls avec un enfant ou plus.

Des opérateurs non-traditionnels tentent aussi leur chance, sur la pointe des pieds. Meetic organise par exemple ses propres voyages depuis 2016. Mais le célèbre site de rencontres se contente d'une poignée de départs sur l'ensemble de l'année. Le marché du voyage en solo n'est pas si facile. Certains y ont déjà laissé des plumes, comme l'agence française Opensworld, créée en 2013 et radiée au mois de juin dernier...

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer