Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Le groupe TUI réduit ses pertes

| | | | | | | | par
Sur son stand à l'IFTM 2016, TUI avait aménagé un vrai "store" © Robin Lambert
Sur son stand à l'IFTM 2016, TUI avait aménagé un vrai "store" © Robin Lambert

La stratégie adoptée en 2014 par le groupe allemand TUI semble porter ses fruits, même si les résultats trimestriels restent dans le rouge.

Le poids lourd allemand du tourisme mondial, le groupe TUI, annonce des résultats encourageants au premier trimestre de l’exercice 2016/2017, qui court d’octobre à décembre 2016. Dans un communiqué de presse, TUI indique réduire sa perte sur le premier trimestre, d’année en année.

Dans le détail, TUI présente une perte d’exploitation ("Ebitda") de 25% à 60,3 millions d’euros, contre 80,4 millions d’euros l’année dernière. Parallèlement, TUI enregistre un chiffre d’affaires trimestriel de 3,29 milliards d’euros, en progression de 2,3% en glissement annuel.

Des pertes creusées en France

Sur le marché ouest-européen, qui regroupe la France, la Belgique et les Pays-Bas, TUI constate une perte de 47,7 millions d’euros, contre 27,7 millions l’année précédente. Cette augmentation résulte notamment du lancement de la marque TUI en Belgique et de l’inclusion, pour la première fois, des pertes saisonnières enregistrées par Transat France, racheté en octobre 2016 par le groupe allemand.

TUI, qui a fait le choix stratégique de se recentrer sur l’activité du tour-operating en 2014, se sépare également de la marque Travelopia, vendue 381 millions d’euros. "La transformation de notre modèle économique sur la base d’un voyagiste intégré verticalement, avec ses propres hôtels et croisières, initiée en 2014, porte vraiment ses fruits", se réjouit dans le communiqué Fritz Joussen, le PDG de TUI Group. "TUI est dans un état de santé excellent et nous tiendrons nos promesses. Pour l’année 2016/2017, nous réaffirmons notre volonté d’augmenter notre Ebitda de 10%", assume Fritz Joussen.

TUI mise notamment sur son activité croisières pour remplir ces objectifs et poursuivre sa croissance. Le voyagiste s’apprête d’ailleurs à baptiser trois bateaux d’ici à 2019, dont un dès cet été, ce qui devrait lui permettre d’augmenter les possibilités d’itinéraires.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer