Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Le fonds de Bpifrance a investi dans 30 entreprises

| | | | | | | par
Jean-Baptiste Lemoyne, le 12 septembre, dans les locaux parisiens de Bpifrance.
Jean-Baptiste Lemoyne, le 12 septembre, dans les locaux parisiens de Bpifrance.
@ Linda Lainé

C'est un projet qu'avait porté Laurent Fabius. Deux ans plus tard, le fonds FIT a investi  53 milions d'euros dans 30 entreprises.

Doté de 100 millions d’euros, le fonds France Investissement Tourisme (FIT) de Bpifrance est né en octobre 2015. Son objectif : prendre des participations minoritaires dans des entreprises prometteuses du secteur. Deux ans plus tard, l’heure du premier bilan a sonné. Le fonds a réalisé 30 investissements, dont une dizaine dans les start-up, pour une enveloppe globale de 53 millions d'euros. Ses tickets, 0,5 à 5 millions d’euros, ont souvent un effet de levier : au total, les PME et autres start-up ainsi accompagnées ont levé 300 millions d’euros.

Investissement et coaching

"Ce n’est pas un fonds comme les autres, souligne Fanny Letier, directrice exécutive, fonds propres PME et coordination de l’accompagnement. Bpifrance agit aussi comme un coach, et accompagne à travers des formations, des conseils et des mises en relation.

"Quand on a lancé le fonds, nous avions trois objectifs, ajoute Serge Mesguich, directeur du FIT. Atteindre 100 millions de touristes, imaginer le tourisme de demain et adapter l’offre. Malgré les attentats, nous n’avons pas ralenti le rythme d’investissements." Bpifrance, filiale de la Caisse des Dépôts et de l’Etat, peut maintenir ses positions plus longtemps que des fonds habituels, a-t-il précisé.

Chercher 50Mds d’€, "avec les dents"

C’est tout naturellement que Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, est venu conclure la conférence de presse bilan du fonds.

"Notre première place mondiale cache moins de dépenses que dans d'autres pays comme l’Espagne et les Etats-Unis. Par conséquent, il faut faire venir, revenir et dépenser. De ce point de vue-là, le numérique a de beaux jours devant lui". Et Jean-Baptiste Lemoyne de rappeler les le bilan prévisionnel de 88 millions de visiteurs étrangers cette année, ainsi que les objectifs de la France : 100 millions de touristes, et surtout davantage de revenus : " Nous devons passer de 40 à 50 milliards d’euros de recettes générées. Il faut aller les chercher avec les dents."

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer