Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

La croisière, une manne d’un milliard d’euros pour la France

| | | | | | | | par
Selon CLIA, les ports français manquent de quais pour accueillir des bateaux de croisière aux dimensions de plus en plus impressionantes.
Selon CLIA, les ports français manquent de quais pour accueillir des bateaux de croisière aux dimensions de plus en plus impressionantes.

En 2014, l'industrie de la croisière a généré plus d’un milliard d’euros de contribution économique directe en France, selon CLIA. Pour regarder l’avenir sereinement, les compagnies demandent notamment une amélioration des infrastructures portuaires.

On ne badine pas avec la croisière. Représentant 1,117 milliard d’euros de contribution directe à l’économie française en 2014 (+ 4% par rapport à 2013), elle est aussi porteuse de plus de 15 000 emplois dans l’Hexagone, a rapporté CLIA (Association internationale des compagnies de croisière) lors d’une conférence de presse organisée à Paris le 25 juin.

Le poids des chantiers navals

Quatrième marché source en Europe avec 593 000 passagers (+14%), la France est aussi la 5e destination de croisière en Europe, selon le Rapport CLIA de la contribution économique 2015.

Signe d’une excellente santé, les compagnies de croisières commandent des paquebots. Six navires font actuellement l'objet de commandes fermes aux chantiers STX France, pour un montant de plus de 5 milliards d’euros : 2 pour Royal Caribbean, 2 pour MSC Croisières, et 2 pour Celebrity Cruises, avec des livraisons prévues entre 2016 et 2020. Les équipes ainsi mobilisées représentent d’ailleurs 25% des emplois générés par la croisière.

Accueillir des grands navires dans les ports français

"L’industrie de la croisière a un impact considérable sur notre économie, mais celui-ci ne saurait être durable si certaines problématiques ne sont pas résolues", a souligné Georges Azouze, président de CLIA France et de Costa Croisières France, en référence aux difficultés que représentent les visas pour les passagers et membres d’équipage, ainsi qu’aux infrastructures portuaires qui doivent être à même d’accueillir des grands paquebots et les passagers à bord.

"En France, nous manquons de quais, c’est le challenge qui nous attend pour concurrencer nos voisins européens", a-t-il poursuivi en rappelant que l’Italie dispose de 18 ports pour l’embarquement à bord de grands navires.

Conscient des enjeux que représente la croisière pour l’industrie du tourisme, le gouvernement a orchestré une consultation afin de favoriser l’essor des croisières fluviales et maritimes dans l’Hexagone. Le rapport Maillot, du nom de Jacques Maillot nommé chargé de mission pour les croisières fluviales et maritimes par Laurent Fabius et Alain Vidalies, doit être rendu dans les jours à venir.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer