Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Egypte : le manque de touristes menace son patrimoine

| | | | par
Le patrimoine égyptien, unique au monde, exige un entretien permanent.
Le patrimoine égyptien, unique au monde, exige un entretien permanent.
© Fotolia

La baisse de la fréquentation touristique menace directement l’état de conservation des monuments égyptiens, selon plusieurs responsables locaux.

 

"C’est catastrophique" s’inquiète auprès de l’AFP Fayza Haikal, égyptologue et professeure à l’Université américaine du Caire. Depuis la révolution de 2011 et l’instabilité politique et sécuritaire qui frappe le pays, les touristes étrangers désertent le pays des pharaons. Le financement du ministère des Antiquités, qui s’occupe de l’entretien des sites égyptiens, repose en partie sur la vente de billets d’entrées dans les musées et temples du pays, et donc de la fréquentation touristique.

Des recettes en fort recul

"Depuis janvier 2011, nos recettes ont fortement baissé. Et ceci a affecté fortement l'état des monuments égyptiens", explique le ministre des Antiquités Khaled el-Enany. Les billets d'entrée n'ont rapporté que 300 millions de livres (38,4 millions de dollars) en 2015 contre 1,3 milliard en 2010 (220 millions de dollars), selon les chiffres officiels et les taux de change de l'époque. Sur la même période, le nombre de touristes a chuté de 15 à 6,3 millions par an, soit une baisse de 58%. Les voyageurs français ont pour leur part reculé de 54,1% au cours de l'exercice 2015-2016, parmi les clients des membres du Syndicats des entreprises de tour-operating (Seto).

Des pyramides de Gizeh, dans la banlieue du Caire, au site d’Abou-Simbel, installé dans le désert de Nubie, l’ensembe des sites égyptiens nécessitent des restaurations permanentes et un entretien régulier. Le ministère des Antiquités emploient par ailleurs 38 000 ouvriers, techniciens et autres égyptologues.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer