Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Dossier de l'été 2017 : formalités, ce qui a changé

| | | | | | par
Nouveaux dispositifs et formalités : plusieurs destinations ont fait évoluer les conditions d'entrée sur leur territoire depuis le début de l'année.
Nouveaux dispositifs et formalités : plusieurs destinations ont fait évoluer les conditions d'entrée sur leur territoire depuis le début de l'année.
©chase4concept - stock.adobe.com

Par stratégie touristique ou en réponse au contexte sécuritaire, de nombreux pays ont fait évoluer leurs dispositifs et formalités d'entrée depuis le début de l'année.

E-visa, à qui le tour ? Les annonces s’enchaînent en tout cas depuis le début d’année. C'est le cas de l’Egypte ou du Qatar, pour ne citer qu’eux. Les lancements, eux, ne sont pas toujours exempts de bugs, comme ce fut le cas pour le Vietnam en février dernier. En matière de formalités, on a aussi assisté depuis le début de l’année à quelques rétropédalages. Après avoir annoncé le 31 mars une augmentation de 45 euros du visa loisirs, accompagnées de 90 euros de réduction du prix du visa affaires, l’Inde a finalement fait machine arrière quelques jours plus tard.

Pression sécuritaire

Pour beaucoup, en tout cas, l’objectif est clair : booster la fréquentation touristique en facilitant l’arrivée des visiteurs étrangers. Les exemptions de visa se sont en ce sens multipliées. Le Vietnam vient ainsi de reconduire la mesure jusqu’à la fin juin 2018, et le Cap Vert planche sur le sujet. Mais le contexte sécuritaire et politique pèse aussi sur les formalités et les conditions d'entrée de certains pays. Le très controversé décret anti-immigration de Donald Trump, plusieurs fois retoqué, a finalement été partiellement rétabli fin juin. Et les Etats-Unis pourraient bien mettre l’exemption de visa sur la sellette. La Chine, elle, a décidé d'enregister l'empreinte des voyageurs. En Europe, la question des formalités était aussi sur la table : les contrôles aux frontières extérieures de l’espace Schengen ont été renforcés pour tous les voyageurs, et l’Union planche désormais sur Etias, effectuant ainsi un premier pas vers un Esta européen pour les voyageurs dispensés de visa. Ce nouveau dispositif pourrait entrer en service en 2020.

Retrouvez des informations précises sur le sujet dans les articles ci-après de ce dossier.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer