Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Chauffeur Privé n'a pas (encore) levé 50 millions d'euros

| | | | | | | | | par
La levée de fonds est "toujours en cours de finalisation", nous a indiqué Yan Hascoet.
La levée de fonds est "toujours en cours de finalisation", nous a indiqué Yan Hascoet.

Le concurrent français d'Uber tarde à boucler sa levée de fonds. Quelque peu.

 

"Nous nous apprêtons à lever 50 millions d'euros pour nous développer à l'international, et continuer d'améliorer notre plate-forme. Nous annoncerons l'opération dans les prochaines semaines", a déclaré le président de Chauffeur Privé, Yan Hascoet, au Journal du Net. C'était le 28 février. Depuis, silence radio. Nous avons interrogé Chauffeur Privé sur le sujet, à de multiples reprises. Lundi 29 août, Yan Hascoet a finalement répondu à nos questions sur le tour de table, brièvement.

"Nous discutons des termes"

"Nous y travaillons encore, c'est une question de semaines. Nous communiquerons sur le sujet. Une levée de fonds est un sujet complexe, nous discutons des termes, toujours avec les mêmes investisseurs".

Le montant escompté est-il toujours de 50 millions d'euros ? "Oui, absolument", a conclu le patron du principal concurrent d'Uber sur le marché français du VTC, avant de nous rediriger poliment vers le service presse, qui nous snobe toujours.

Le tour de table en préparation doit permettre à l'entreprise d'élargir ses horizons. Le cap devait être mis sur plusieurs grandes villes du Vieux Continent dès cette année, d'après Le Journal du Net. Une feuille de route qui devrait prendre, fatalement, un peu de retard. L'entreprise revendique près d'un million de clients, pour 15 000 chauffeurs en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et sur la Côte d'Azur.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer