Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Avec l'embargo, Qatar Airways se bat pour sa survie

| | | | | | | par
Fortement impactée par la crise diplomatique entre Doha et ses pays voisins Qatar Airways pourrait-elle rester clouée au sol ?
Fortement impactée par la crise diplomatique entre Doha et ses pays voisins Qatar Airways pourrait-elle rester clouée au sol ?
© Qatar Airways

La rupture diplomatique entre Doha et certains de ses voisins au Moyen-Orient paralyse totalement la compagnie du Qatar, qui a riposté en sollicitant l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Depuis le 5 juin, le Golfe est plongé dans une grave crise diplomatique. Ryad, Abou Dhabi et Manama, mais aussi l'Egypte et le Yémen, ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, une puissance régionale rivale de Ryad.

Un embargo aérien a été mis en place, interdisant "à toutes les compagnies aériennes et avions enregistrés au Qatar d'atterrir dans les aéroports ou de transiter par l'espace aérien" des Emirats, du royaume saoudien et de Bahreïn, selon les communiqués publiés par les agences nationales des trois pays. Selon l’AFP, ces mesures entraînent l'annulation de dizaines de vols quotidiens pour la compagnie qatarie, mais aussi pour celles des trois autres pays du Golfe qui ont mis fin à leurs liaisons vers Doha.

Le Qatar est encerclé par l'espace aérien de l'archipel de Bahreïn qui couvre une grande partie des eaux du Golfe. Les avions qataris traversaient d'habitude le vaste espace aérien saoudien pour se rendre au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique du Sud. Ils sont désormais obligés de les contourner pour assurer certaines liaisons intercontinentales.

Un embargo qui ruine Qatar Airways

"L'impact est déjà mauvais car il a augmenté les temps de vol et causé un surcoût", souligne à l’AFP l'expert Addison Schonland du cabinet de consultants AirInsight. Par exemple aujourd'hui, le temps de vol pour Sao Paulo au Brésil a augmenté d'environ deux heures. Et les vols de Qatar Airways vers l'Afrique du Nord transitent par l'Iran et la Turquie pour atteindre la Méditerranée, au lieu de survoler l'Arabie saoudite et l'Egypte. Les vols vers l'Europe sont les moins affectés puisqu'ils continuent de passer au-dessus de l'Iran, avec un petit détour pour éviter l'espace aérien de Bahreïn.

"A l'avenir, les itinéraires des vols et la consommation de carburant vont augmenter" pour Qatar Airways, prédit l'expert en aviation, Kyle Bailey. L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis représentent aussi les deux plus grands marchés pour Qatar Airways, rappelle Kyle Bailey. Leur perte sera "dévastatrice pour le bilan financier de la compagnie, qui perdra environ 30% de son chiffre d'affaires", prédit-il.

Le Quatar tente de contester

"L'embargo aérien imposé au Qatar depuis le début de la crise du Golfe ne s'applique qu'aux compagnies aériennes et avions du Qatar ou enregistrés dans ce pays", a annoncé mardi l'Autorité de l'aviation civile des Emirats arabes unis dans un communiqué. Une exception est cependant faite pour les avions privés et aux vols charters vers ou en provenance du Qatar.

Cette mise au point est intervenue quelques heures après que le patron de Qatar Airways, Akbar al-Baker, a appelé lundi l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à déclarer "illégal" l'embargo imposé à son pays par l'Arabie saoudite et ses alliés, y voyant "un blocus" qui viole la convention de 1944 sur le transport aérien.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer