Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Airbnb : le nombre d’amendes explose à Paris

| | | | | | | par
A Paris, 25 agents de la Direction du logement et de l'habitat contrôlent les immeubles afin de repérer les locations illégales. © Airbnb
A Paris, 25 agents de la Direction du logement et de l'habitat contrôlent les immeubles afin de repérer les locations illégales. © Airbnb

La somme des amendes pour location illégale de meublés touristiques type Airbnb a plus que décuplé au premier semestre 2017.  


La location d'un appartement en meublé touristique est limitée à 120 jours par an, et gare aux contrevenants. Un nombre croissant de loueurs passent à la caisse. Sur les six premiers mois de 2017, 31 propriétaires ont été condamnés en justice à payer 615 000 euros d'amendes, indique Ian Brossat, adjoint PCF au logement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. Au premier semestre 2016, les amendes s'étaient élevées à 45 000 euros, soit 13 fois moins, atteignant 200 000 euros pour toute l'année.

Airbnb, mais pas seulement

Les sanctions touchent les loueurs inscrits sur Airbnb, leader en matière de locations saisonnières entre particuliers, mais pas seulement.

"Ces amendes concernent des loueurs parmi potentiellement plus de 300 plates-formes de location, et qui sont loin d'être représentatifs de la communauté Airbnb à Paris, où un hôte type loue son logement 33 jours par an", tempère un porte-parole en France du géant californien. En décembre dernier, ajoute-t-il, la plate-forme a proposé à Paris "une solution de limite automatisée à 120 jours (pour les locations), qui aurait simplifié les contrôles sans stigmatiser la grande majorité des hôtes qui respectent les règles".

20 000€ d'amende, en moyenne

A Paris, 25 agents de la Direction du logement et de l'habitat contrôlent les immeubles. Les saisines par la Ville à la justice sont passées de 42 logements en 2016 à 128 en 2017. "Ces chiffres ne reflètent pas une explosion du nombre des locations proposées, mais l'efficacité des contrôles", selon Ian Brossat : "On est davantage rattrapé par la patrouille qu'avant", ajoute-t-il. De plus, les juges ont la main plus lourde qu'auparavant. Dans la capitale, la moyenne des amendes est passée de 10 000 euros en 2016, à 20 000 euros pour 2017, précise l'adjoint.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer