Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

2016, une année noire pour l'hôtellerie française

| | | | | | | par
Les palaces ont souffert en 2016.
Les palaces ont souffert en 2016.
© Ritz Paris

Selon une étude publiée par le cabinet MKG Consulting, l’hôtellerie française a connu une année très compliquée en 2016. Un manque à gagner de près de 650 millions d’euros, expliqué notamment par les attentats et le sentiment d’insécurité.

Tous les voyants sont au rouge concernant les indicateurs essentiels de la profession. Avec un taux d’occupation moyen en baisse de 1,2 point à 64,2% et un prix moyen hors taxe à 87,8 euros (-3,3%), le revenu par chambre disponible (RevPar) recule de 5,1%, à 56,3 euros.

Depuis 2009, l’hôtellerie française n’avait jamais affiché de tels résultats. Les régions Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), touchées par des attentats en 2015 et 2016, sont celles qui souffrent le plus. A Paris, le taux d’occupation moyen chute de 6,2 points, à 72,3%, avec un RevPar de 112,50 euros (-14,6%). En PACA, la baisse est moins spectaculaire mais bien réelle, avec -1,3 point de taux d’occupation, soit 62,8%.

Une reprise encourageante en fin d'année

L’étude dévoile cependant quelques signes encourageants. En province, hors région PACA, la fréquentation hôtelière a progressé de 1,5 point, entraînant une hausse moyenne des prix de 1,9%. Lille, Bordeaux, Toulouse, Lyon et Marseille ont profité de l’impact de l’Euro 2016 de Football et d’un calendrier d’événements affaires favorable.

Depuis septembre 2016, la fréquentation repart légèrement à la hausse (0,5 point), laissant envisager une année 2017 plus sereine. En témoigne le taux d'occupation des établissements parisiens à l’occasion du Nouvel An, à 87,8%, en hausse de 14,4 points par rapport à 2015.

Loin des performances de 2014

Une amélioration de l’activité à mettre en perspective, puisqu’elle porte sur le dernier trimestre 2016 comparé au dernier trimestre 2015, qui avait vu les touristes déserter la capitale après les attentats. D’autant plus que les hôteliers parisiens ont affiché des prix à la baisse en fin d’année pour faire revenir la clientèle.

Avec un RevPar de 56,3 euros en 2016, l’hôtellerie ne réalise donc pas les performances de l’année 2014, un meilleur point de comparaison, où il culminait à 59 euros. En incluant la restauration, la perte de chiffre d’affaires s’élèverait à 950 millions d’euros selon MKG Consulting, dont 700 millions d'euros pour la seule Paris intra-muros. Selon l'Office du tourisme et congrès de Paris, la fréquentation touristique de la capitale a baissé de 6% en 2016. 

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer